François, cadre dans un grand groupe de distribution a réalisé une immersion de 3 semaines dans une startup incubée dans un accélérateur regroupant une vingtaine de startups.

Une des difficultés souvent exprimée par les collaborateurs de grandes entreprises est de relier ses propres activités, responsabilités, objectifs avec ceux plus globaux de l’entreprise. Les présentations sur le site internet, les discours entendus dans les grands symposiums annuels, les longues feuilles d’objectifs sont souvent compliqués à décrypter pour soi, et encore plus à décliner et  relayer aux équipes.

Les startups réinventent la communication  

François, en rencontrant, observant, écoutant nombre de ces jeunes dirigeants de startups a été surpris par leur capacité à en permanence présenter leurs messages sous forme « d’histoires », un peu à la façon de nos contes d’enfance. Face à un client, un VCs ou l’équipe, les messages-clé sur l’origine, la vision, les objectifs de l’entreprise restent sur le fond identiques, mais clairement chaque histoire sera adaptée au contexte, à l’audience, à l’objectif visé …

Pour François, ces managers ont développé l’art du « conte », et sont capables de mobiliser l’auditoire pour au moins 5 raisons simples et de bon sens : l’histoire est articulée à partir de l’audience (qui sont-ils, que veulent-ils, …), elle est honnête et sans filtre (messages directs, clairs, transparents, …), elle ne se cache pas derrière la forme (seul en scène, peu de supports, …), elle ne croule pas sous une kyrielle d’arguments ou justifications (simplicité, 5 mn max, ….), elle intéragit avec la salle …

On est tous capables de raconter des histoires !

Chaque manager en grand groupe peut-il apprendre et appliquer l’art du « conte » ? en tous les cas, les codes y sont assez faciles car on les pratique depuis l’enfance : 1. s’inventer un univers plutôt merveilleux qui va plaire à l’audience, 2. planter le décor puis très vite 3. faire subvenir un événement qui vient chambouler l’histoire, 4. des épreuves à résoudre pour le héros (ici la startup) qui captive l’auditoire et 5. terminer par une fin heureuse (et oui, on triomphe toujours dans les contes …   

Lâchez-vous, laissez revenir le naturel des histoires qu’on vous ont raconté vos parents ou que vous raconter vous-mêmes à vos enfants, vos équipes vont adorer !

Facebook
Facebook
LinkedIn